Page 1 sur 1

Qu'est ce que le Safe, sain, consensuel

Message non luPublié : 08 Mars 2013, 16:22
par Lady Devilish
Qu'est ce que ce S.S.C que nous affichons sur notre forum et auquel tous les membres fondateurs du lieu tiennent autant ?

Eh non, il ne s'agit pas de la Société Suisse de Chronométrie Evil or Very Mad , si celle ci existe réellement , elle est bien postérieure au S.S.C du milieu Bdsm.

L'historique

S.S.C signifie *safe, sane, consensuel* soit *sûr, sain, consensuel"
Ce *fer de lance* de la communauté Bdsm a vu le jour dans les années 80 aux Etats Unis dans la communauté Bdsm Gay (GMSMA) et fut vite repris par la communauté Bdsm en général.

Ils essayèrent de tracer une ligne entre ce qui est clairement défendable, tant en termes de structures sociales et de bien-être personnel, et ce qui est indéfendable, soit ou du moins très discutable. (leurs termes mots pour mots)

A une époque où les pratiques SM et Bdsm on commencé de sortir des arrières salles obscures, des petites annonces et des pratiques privées des années 60 et 70, avec l'avènement des médias, d'internet et par la même de la propagation du Bdsm au grand public, il était nécessaire face au grand public (découvrant avec *horreur*, curiosité ou intérêt nos pratiques ) de poser une éthique facilement compréhensible de tout un chacun.

Le S.S.C était donc né et fut très vite repris par toutes les communautés Bdsm (gay ou non) comme un fer de lance de leurs pratiques.
En opposition à des pratiques perverses, peu naturelles et dangereuses telles que les décrivent Freud, Jung et leurs disciples.
(Voir d'ailleurs à leur sujet le très intéressant film qui touche au sujet du sadomasochisme > *A dangerous method* ) http://www.cinefil.com/film/a-dangerous-method

Pour simplifier les choses, c'était donc au départ une *obligation* que ressentait la communauté Bdsm de se déclarer saine à un public *vanille* ET face à l'arrivée massive de nouveaux pratiquants.

Sa signification

Que signifie donc S.S.C ?
Bien que semblant simple au départ (et en tout cas *simple* pour un esprit non Bdsm) cela l'est beaucoup moins dans le détail, donc essayons d'en donner un descriptif aisé.
Ce descriptif vaut absolument pour tous les *bords* : Dominant/e, soumis/e, switch.

Safe (sûr/sécurisé)
Safe signifie que nous prenons soin de l'autre en tous temps et ceci quel que soit le jeu, la ou les pratiques et le niveau de la relation. Et qu'elle soit temporaire, occasionnelle ou non.
Cela signifie que chaque partie réfléchit à la sécurité de l'autre et ne se risque pas dans des pratiques peu sûres pour l'un ou pour l'autre.

Cela peut paraître simple, mais c'est loin d'être le cas.
Si on y réfléchit profondément, une pratique , un comportement n'est sécurisé que si on est absolument certain que celui ci ne comporte aucun risque ni pour l'autre ni pour soi-même.

Donc le noviciat dans une pratique nécessite un apprentissage avec une personne de confiance et versée dans cette pratique.
Par extension toute pratique comporte des risques , que ce soit des risques physiques, des risques à longue échéance ou des risques moraux (ces derniers étant très souvent gommés et oubliés)

Il convient donc de toujours établir un dialogue entre les deux parties et un niveau de confiance bien placé (les personnes soumises ayant une forte tendance à faire confiance aveuglément à leur contre alto dominant... A tord )
Les limites ne sont donc pas celles que l'on se donne mais bien celles que réellement on a de maîtrise de sa sécurité et de celle de l'autre. La nuance est de taille.

On verra ci dessous que cette valeur *safe/sûre* a évolué dans le temps puisque cette notion n'est , à proprement parler, pas parfaite et que le risque existe toujours, quelle que soit la sincérité des participants. Safe/sûr signifie donc au mieux que nous minimisons les dangers au maximum

Sane (sain):
Par essence même du mot , le Bdsm se doit de permettre aux deux parties d'exprimer le meilleur d'eux mêmes. Il est donc primordial qu'une relation, un échange Bdsm soit constructif et non destructeur pour une ou les deux parties.

Dans cet esprit, la part dominante doit tout d'abord être parfaitement saine. C'est à dire que la personne dominante doit tout d'abord être maître d'elle même dans tous les sens du terme (et non névrosée, malade, alcoolique, auto-centrée etc)
Cette nuance là est subtile et extrêmement importante, puisque la personne dominante ne peut en aucun cas dominer pour son simple profit ou intérêt privé.

La personne dominante doit toujours avoir à l'esprit qu'elle *bonifie* la personne soumise et la grandit.
Elle doit toujours aussi garder à l'esprit que si la relation se termine la personne soumise doit en sortir indemne : physiquement et moralement.
C'est très très souvent là où le bas blesse et où la réflexion intime manque à l'appel...

L'inverse est évidement valable tout autant, la personne dominante doit pouvoir en sortir indemne moralement et la personne soumise de soit d'être *saine* et équilibrée.

Consensual (consensuelle):
Ceci sous-entend évidement le consentement éclairé des deux parties mais ce terme est bien plus fort que cela.

Le consentement doit évidement provenir d'une personne majeure en possession de toutes ses facultés mentales, mais aussi il doit provenir d'une discussion claire et sans zone d'ombre entre les deux. De manière totalement libre et sans aucune pression ni manipulation de l'un ou l'autre.

Vous voyez que là aussi la notion est très subtile.
Cette subtilité fait que , bien que le dominant ait toujours le contrôle, le dominé fait toujours le choix de donner à chaque fois le contrôle au dominant.
Sans quoi , dans le cas contraire il n'existe pas de consensualité.

Enfin pour terminer ce chapitre , ce petit questionnaire assez connu se devrait de toujours être posé à soi même pour vraiment évoluer dans une relation S.S.C.
Et il est évident qu'un seul *non* devrait alarmer celui ou celle qui y répond.

Questions:
1. Est-ce que vos besoins et limites sont respectés ?
2. Est-ce que votre relation est basée sur l'honnêteté, la confiance et le respect ?
3. Vous est-il possible dans le cadre de la relation d'exprimer vos sentiments de culpabilité, de jalousie ou de mécontentement ?
4. Pouvez vous mener une vie quotidienne normale ?
5. Pouvez-vous refuser de vous livrer à une activité illégale ?
6. Pouvez-vous imposer le recours à des pratiques sexuelles protégées ?
7° Votre protection face à votre famille ou vos amis est elle assurée ?
8. Pouvez-vous sortir de la relation sans peur de représailles physiques, et sans crainte de dommage physique pour vous ou pour les autres participant(e)s ?
9. Êtes-vous libre de vos choix en ce qui concerne votre mode de vie, votre situation financière et professionnelle ?
10. Avez-vous toute liberté pour parler de vos pratiques et sentiments avec les personnes de votre choix ?


Voici donc ce que signifie S.S.C et pourquoi les membres fondateurs de ce lieu y tiennent.

C'est, avec le respect de l'autre et des échanges dans le respect mutuel, un ensemble de valeurs qui font la base de ce forum.
J'espère qu'il en éclairera certain/es et portera à réflexion à tout/es.

Dans le chapitre suivant, nous développerons l'évolution du terme a l'heure actuelle

©Le Château des Dame

Re: Qu'est ce que le S.S.C ?

Message non luPublié : 08 Mars 2013, 16:23
par Lady Devilish
Chapitre deux : Le RACK (risk- aware kink)

Nous avons vu que le S.S.C acronyme créé dans les années 80 , comportait quelques lacunes.
En effet, quel que soit le degré de bonne volonté des deux participants il n'existe absolument aucune certitude qu'une relation bdsm soit 100% safe7sécurisée et même 100% saine.

Pour cette raison et vu l'évolution fulgurante du Bdsm depuis les années 80, vingt ans plus tard cette même communauté gay préféra le nouvel acronyme RACK.
Acronyme opposé au SSC , a présent plutôt identifié par le *tout public*
Mais qu'est ce que le RACK ?

Rack (Risk aware consensual kink ou risk accepted consensual kink)

Soit perversion (attention à prendre ici dans le sens English *sexualité non conventionnelle* et non perversion ) consensuelle consciente des risques ou à risques acceptés.

On voit ici que la nouvelle nuance est énorme. Les participants sont pleinement conscients des risques encourus, toujours dans une optique consensuelle.

- Conscient des risques: les deux ou tous les partenaires sont bien informés des risques liés à l'activité proposée.
- Consensuel: À la lumière de ces risques, les deux ou tous les partenaires ont, sain d'esprit, offert consentement préalable de s'engager dans cette activité.
- Kink: Ladite activité peut être classée comme sexualité alternative.

Alors que "Sûre, sain et consensuel" (SSC) tente de décrire et de différencier le BDSM des mauvais traitements par des moyens facilement compréhensible *tout publics* , le RACK diffère en ce qu'il reconnaît que rien n'est jamais sûr à 100% par nature.

Il reconnait que ce qui est sûr ou sain d'esprit par une personne ne peut pas être considérés de la même manière par l'autre.

La philosophie RACK tend à être plus exhaustive dans la liste des activités que d'autres peuvent considérer comme *edgeplay* (soit au bord des limites acceptables) .
Il n'y a pas de *sûr* ou *pas sûr* au sein de RACK, uniquement du *plus sûr* et du *moins sûr* suivant chaque individu et chaque binôme créé.

A l'heure actuelle, certaines communautés Bdsm tendent à décrire leurs pratiques comme SSC envers le public et RACK dans leurs pensées et descriptions internes.
D'autres préfèrent utiliser le terme PRICK (Personal Responsibility, Informed Consensual Kink)
Soit responsabilité personnelle, sexualité alternative consensuelle informée)
Comme par exemple l'énorme site Uk Informed consent

A mon avis les deux (Rack ou Prick) se valent dans le fait qu'ils sont tous deux parfaitement éclairés sur le fait que rien n'est à 100% sûr.
Le tout est que les participants Bdsm , nouveaux ou anciens le gardent parfaitement en tête.

Voilà donc pourquoi ici nous y tenons et même si ce post a des réflexions philosophiques plus profondes que simplement discuter des pratiques , j'espère que nos lecteurs y trouveront sujet à réflexion.

Le SSC exsite toujours , qu'il soit qualifié en interne de RACK ou de Prick ou de SSC, et doit toujours être clair dans l'esprit de tout participant, en opposition aux tendances qui s'approprient le BDSM comme leur fer de lance pour détourner celui ci à leur propre profit

La conclusion personnelle qui devrait s'imposer à tou/tes est la suivante :
Si demain la relation actuelle devait se terminer , est ce que moi et /ou l'autre sortirions indemnes de celle ci ?
Indemne dans notre esprit, notre vie extérieure, notre corps physique et son fonctionnement.
Est ce que à la fin de cette relation l'un et l'autre serions capables de poursuivre sa route sans séquelle ?

©Le Château des Dames